Galerie { Kronos } Peinture surréaliste

2005 Tableau acrylique « Kronos » 120 x 80 cm

Ce tableau a été réalisée à la peinture gouache et acrylique avec découpage à la cire.

Kronos peinture surréaliste en vente

gouache acrylique cire dimensions 80*120cm² prix MINIMUM 3200 SFR, trois-mille-deux-cent francs (Suisse CH-VD Lausanne), le tableau sera signé devant son futur proprietaire avec l’encre ou la peinture qu’il choisira.

contact direct S.V.P +41(0)79 469 78 69

Demandez Emmanuelle Demont ou par Wattsapp pour un plus long dialogue pseudo black7ACEA(at)gmail.com : adresse mail directe. des photos récentes peuvent être demandées.

Cette toile peinte d’acrylique et de gouache a nécessité quelques centaines d’heures.

Plusieurs couches de couleur sont superposées pour constituer une « goutte » et le nombre de teintes pour former celles-ci varie entre 5 et 15.

Chaque teinte est posée l’une après l’autre sur toute la surface de la toile, sur les zones désirées, en procédant en cercle – de manière circulaire – autour de l’œil blanc.

De nuit, avec un certain éclairage, des larmes à l’aspect brillant et liquide semblent réellement couler.

Ginette Forestier, ma maman écrit à propos de Kronos :« Voici comment je ressens sa contemplation. Au premier abord, je pense à une femme. Tristesse, désespoir, douleur jaillissent en larmes et dans toutes leur noirceur. Des profondeurs de l’âme, c’est un ruissellement sans fin.

L’eau noire et froide n’arrive pas à éteindre le feu de l’âme et de l’esprit. De son front jaillissent les flammes de son enfer intérieur, les pensées blessées, les expériences sanglantes et tout ce qui a fait mal.

Bouche fermée comme une serrure, la femme (ou l’homme ?) ne veut résolument rien dire, mais les larmes amères parlent pour elle. L’eau de ses souffrances ruisselle du dedan de son œil sans fond, en dehors elles éclaboussent tout le tableau de leur épaisseur et de leur viscosité

Un œil qui semble vide nous hypnotise : non, il n’est pas vide mais il s’ouvre à l’intérieur. Il appelle à visiter l’espace intérieur de l’âme encore pure de la femme. Des jets de larmes blanches qui veulent se nourrir de consolation et de paix. Des larmes qui cherchent à éteindre le feu de l’esprit, le feu de son âme et de ses pensées rougeoyantes qui brûlent et consument sa vie intérieure.

En dedans comme en dehors la nuit et la lumière se côtoient. Comme le jour et la nuit se succèdent. Le crépuscule des pensées flamboyantes prend toute la hauteur du tableau. C’est un feu d’artifice qui contient en lui tant de créativité, tant de grandeur et de potentialités, ça bouillonne, ça éclabousse !

Mais il y a quelque chose qui manque… Où est l’étincelle de vie ? Où est la vivacité du regard ? Qui est cette personne derrière le masque noir et blanc ? L’œil aveugle demande t-il à s’ouvrir ? L’œil vide demande t-il à étinceler ? Cette bouche serrée lance t-elle un appel ? Où est la vie ? Y a t-il qu’un pour lui rendre la vue, la vie ? Elle nous appelle et nous interpelle.

L’eau noire, minérale, salée et amère se mêle aux eaux claires de l’espérance, elles se cherchent un chemin vers la pureté. Le feu, maître de ses pensées peut, un jour, faire infuser l’espoir et réchauffer l’âme de cette femme et non plus la consumer. Alors son œil pur s’allumera, son œil blessé guérira et brillera, ses larmes seront sources et ruisseaux de joie. » Texte de la part de Ginette Forestier

Tout ce que je peux dire c’est que c’est un visage androgyne calqué sur la biométrie du visage de Paul Mc Cartney. Ma mère à écrit ceci après que j’ai passé quelques semaines dans hôpital. La vie ? Dans l’absorption et l’expulsion, de la même façon que l’on respire. Elle pense qu’il est inachevé alors qu’il l’est. Depuis plus de dix ans déjà, je ne rajouterai rien de plus à cette toile. Il ne manque que la signature…

Art brut ou surréaliste ?

Toile gouache et acrylique Toile gouache et acrylique détail macro.
Tableau intitulé Kronos : artiste – peintre Emmanuelle Demont – Zepo ou black7ACEA

samedi 17 novembre 2007 à 22:49

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -